Guides de contribution à l'association 42l.
You can not select more than 25 topics Topics must start with a letter or number, can include dashes ('-') and can be up to 35 characters long.
 

8.1 KiB

Install Party − Comment on fait ?

Petit guide à l’attention de nos contributeurs et contributrices qui souhaitent participer à l’organisation de nos install parties.

Votre but est d’installer un système d’exploitation libre fonctionnel le plus rapidement possible sur l’appareil qu’on vous donne. Vous mettrez généralement une heure. Si vous avez un cas bloquant vous pouvez y passer l’après-midi. Le plus important est que la personne reparte avec un appareil au minimum fonctionnel à la fin.

Conseil : si vous doutez que vous ayez assez de temps pour finir l’installation avant la fin de l’install party, ne prenez pas le risque de devoir interrompre une installation d’OS et de rendre un système non fonctionnel. Dans ces cas-là, il vaut mieux ne pas commencer l’installation.

Sur ordinateur

Cette partie du guide se focalisera essentiellement sur les installations sur un ordinateur.

Préparation

Pour cela, il vous faut gagner du temps et préparer des clés d’installation à l’avance. Ces clés doivent être flashées avec un outil comme Rufus pour Windows ou tout simplement la commande dd.

  1. Préparez 1 à 3 clés USB de 4 Go minimum.
  2. Téléchargez des images (format ISO) des systèmes d’exploitation libres populaires comme Ubuntu ou Debian, depuis leurs sites officiels.
    • Ubuntu : prenez la version LTS de préférence, si vous avez une clé en rab vous pouvez aussi prendre la dernière version
    • Debian : Il y a un truc, les images officielles ne comportent pas les firmwares propriétaires pour faire fonctionner la plupart des périphériques. Il faut prendre ces images.
      • Si vous avez une clé en rab, prenez aussi une image de Debian Testing (actuellement Bookworm), il y a des chances qu’elle soit plus compatible au détriment de sa stabilité.
    • Linux Mint
    • Elementary OS (si vous avez encore de la place)
  3. Installez-les avec rufus ou avec dd : sudo dd if=votreimage.iso of=/dev/sdX bs=16M oflag=direct status=progress - ATTENTION : modifiez /dev/sdX par l’identifiant de votre clé (ex.: /dev/sdd, utilisez lsblk pour le trouver), cette commande est triviale mais si vous vous trompez dans l’identifiant vous pourriez flasher votre disque dur interne à la place et ainsi perdre toute votre station de travail.
  4. Attendez 10 minutes et votre clé est prête.

Faire démarrer votre clé

  1. Avant toute chose, demandez à la personne si elle a bien fait des sauvegardes de son ordinateur et qu’elle n’a rien à perdre (même si vous faites un dual boot, une erreur est vite arrivée). Dites que vous n’êtes pas responsable si la personne perd des données.
    • Demandez-lui ce qu’elle veut (dual boot, single boot, système d’exploitation) et préparez vos clés en conséquence.
    • Les dual boot sont généralement faciles à installer, mais on préfèrera les single boot par défaut, parce que Windows 10/11 a tendance à trifouiller le BIOS pour être sûr d’être le seul OS qui boot, Linux peut donc devenir inutilisable après une maj. Ça n’arrive pas tout le temps mais ce genre de cas a déjà été rencontré par le passé.
  2. Entrez dans le BIOS. À l’allumage, martelez les touches Esc/F1/F2/F3/Suppr/F12 (on ne sait jamais lesquelles c’est, ça change selon les constructeurs).
    • Si vous avez roulé votre tête sur le clavier (avec le masque quand même) et que ça ne fonctionne toujours pas, cela signifie que Windows a bloqué l’accès au BIOS. Dans ce cas : connectez-vous sur le Windows, et dans le menu Démarrer cliquez sur Redémarrer tout en appuyant sur Shift. Vous arriverez dans le menu de récupération, trouvez l’option « Accéder au microprogramme UEFI ». Une fois dans le BIOS pensez à désactiver le Fast Boot pour ne pas avoir à refaire l’opération.
  3. Assurez-vous que le BIOS est en UEFI si disponible (sauf s’il est un BIOS / Legacy et que vous devez faire un dual boot).
  4. Activez le boot sur USB (cherchez l’option). Modifiez l’ordre de boot pour mettre les périphériques USB avant le disque dur.
  5. Insérez votre clé. Sauvegardez et redémarrez. Votre clé devrait boot. Si elle ne boot pas :
    • Vérifiez les entrées du BIOS. L’ordre de boot doit permettre à votre clé de boot avant Windows. Sinon c’est que Windows a peut-être encore bidouillé le BIOS.
    • Revérifiez le BIOS pour vous assurer qu’aucune option n’empêcherait votre clé de boot (allez-y au Feeling de l’Institut du Petit Bonheur La Chance au Doigt Mouillé, mais pensez à revert vos modifications si ça ne marche pas).
    • Vérifiez que votre clé fonctionne (c’est bête mais ça arrive).
    • Vérifiez que l’architecture de destination soit bien 64 bits (c’est bête mais ça arrive…).
    • Si ça boot, bravo, vous avez fait le plus dur. Le reste, c’est du suivi d’installation bête comme chou.

L’Installation

  1. Si vous pouvez choisir le partitionnement, prenez LVM avec la partition /home séparée. Demandez à la personne si elle souhaite chiffrer son ordinateur (avec des partitions LUKS), expliquez-lui que personne ne pourra récupérer ses données si elle perd le mot de passe − et qu’un mot de passe de 10 caractères n’est pas suffisant, il faut penser en phrases de passe).
    • En cas de dual boot, il peut être avisé d’effectuer un partitionnement manuel. Pensez à créer une partition de boot dédiée à Linux (pour le GRUB), une partition swap, une partition système (/) et une partition home.
    • Assurez-vous que la partition /boot fasse au moins 500 Mo de préférence, souvent c’est caluclé trop court et ça cause des soucis lors des maj kernel.
  2. Ne créez pas de compte root (sauf demande explicite). Laissez les champs vides à cette étape. Le compte utilisateur pourra utiliser sudo pour avoir les privilèges superutilisateur.
  3. Demandez à la personne de définir son nom d’utilisateur et son mot de passe.
  4. Lors du choix du desktop manager : si vous avez le choix comme sur Debian, je vous conseille de partir sur GNOME sauf demande explicite, c’est le plus beginner-friendly et il y a un bon support puisqu’il s’agit d’un choix répandu.
    • En cas de dual boot : demandez à la personne combien de Go elle veut pour chaque OS. Par défaut moit-moit ou un peu plus pour linux.

Temps d’attente pour l’installation : 5 minutes si SSD NVMe, 10 minutes si SSD SATA, 1h si HDD. Faites une autre installation en simultané si c’est trop long.

Personnalisation et accompagnement

Une fois sur l’OS fraîchement installé, il faut le rendre un minimum accueillant voire utilisable.

  1. Vérifiez : touchpad, audio, webcam, wifi. Si vous le pouvez, vérifiez aussi Bluetooth, lecteur de carte SD et Ethernet. Si quelque chose manque / ne fonctionne pas, recherchez le modèle de l’ordinateur sur le web, avec le modèle du périphérique défaillant (lsusb/lspci) et amusez-vous bien.
  2. Présentez l’OS à la personne. Fonctionnalités de base, navigateur… Expliquez de manière accessible.
    • Demandez-lui s’il manque quelque chose. Si oui, voyez en fonction de votre temps (si elle demande un jeu Windows sur Wine, dites lui de repasser, vous n’aurez généralement pas ce loisir en install party).

Et voilà, répétez l’opération autant de fois que nécessaire sur les autres ordinateurs.

Sur téléphone

Guide à venir.